Pauvreté, emploi, insertion

Mais où sont-ils ? Je parle bien évidemment de l’élu à l’insertion M. Boumertit (PG) et M. Benmabrouk (Société civile) qui se retrouve aujourd’hui dans la majorité communiste après avoir été du côté de l’opposition de droite et Mme Saliha Prud’homme Latour (PCF) adjointe aux Politiques sociales, à la Lutte contre la grande pauvreté et aux Personnes âgées .

Mais pourquoi cette question, et bien la raison est simple. Le bureau d’étude Compas a publié une étude sur les taux de pauvreté des 100 plus grandes communes. Et selon cette étude, il se situe à 29,6% à Vénissieux.

Capture d’écran http://leprogres.fr

Et face à cette situation, la municipalité communiste réagit via l’adjoint au Logement. Le journal Le Progrès en date du 18 janvier 2017 a donc interviewé M. Pierre-Alain Millet (PCF). Mais pourquoi Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, n’a t-elle pas donné son point de vue. M. Millet serait-il le maire de la commune ? Sur un sujet aussi grave les habitants attendaient l’explication de Mme le maire.

Le journaliste a t-il perdu son numéro de téléphone ? Etait-elle trop occupée ou n’avait-elle pas trop envie de parler ?. Pour rappel et suite à l’article de LyonMag : Vénissieux : une vente de véhicules par la mairie fait polémique, le journal en ligne avait terminé son article par :

Au garage Picard, le téléphone sonne dans le vide. Malgré plusieurs appels, la maire communiste n’a pas jugé bon de répondre à nos aimables sollicitations.

Je me souviens qu’elle avait déclaré lors des voeux à la presse :

Sachez en tout cas que nous avons besoin de votre présence à Vénissieux, du récit, critique ou pas, que vous entretenez au quotidien, et du vivre ensemble auquel, vous aussi, vous contribuez.

Si vous demandez au journaliste d’être présent, pourquoi ne pas répondre à leur sollicitation ?

Ok, admettons, qu’elle n’était pas joignable, certainement du fait de sa charge de travail. et que l’adjoint au logement, était disponible pour répondre aux questions du journaliste, M. Millet nous explique que :

Ce n’est pas une surprise. Il existe une paupérisation de l’ensemble de la société française. La pauvreté est un problème général qui a tendance à se concentrer sur certains territoires […] Nous devons tout mettre en oeuvre pour les accompagner au mieux vers l’insertion et l’emploi, c’est grâce à cela qu’ils sortiront de la pauvreté

Ensuite il nous invite à visiter son site internet en donnant sa version car « la définition de la pauvreté est discutable. »

Wouep comme dirai l’autre !!! Mais M. Millet doit aussi savoir que l’insertion et l’emploi ne suffisent pas à sortir de la pauvreté puisqu’il existe aussi des travailleurs (ses) pauvres. 

Ce qui m’intrigue est que M. Millet, nous parle entre autre d’insertion et d’emploi. On est tous d’accord que ces thèmes sont vitaux, mais serait-il aussi adjoint de ces deux délégations ?

A ma connaissance, comme je le disais au début de cet article, M. Boumertit est adjoint à l’insertion et au Grand Projet de Ville, M. Benmabrouk, adjoint à l’emploi et aux commerces et Mme Saliha Prud’homme Latour (PCF) est concernée par le thème de la pauvreté puisqu’elle est adjointe aux Politiques sociales, à la Lutte contre la grande pauvreté et aux Personnes âgées 

Si ces trois personnalités politiques veulent prendre la parole, je leur offre l’occasion de s’exprimer sur une page entière afin de nous donner leur avis, sur ces sujets (Insertion et emploi) ainsi que sur l’étude sur ce taux de pauvreté à Vénissieux. 

Allez, madame, messieurs, prenez votre plume !!!

L'info c'est le partage !.

9 Commentaires


  1. je t ai jamais traité de collabo(mais si t insiste )
    Apres si tu veux qu on te supplie pour poster tes commentaires pro communistes faut pas trop compter sur nous
    Deja ils sont fallacieux et sans realité avec nos vies sous cette dictature communiste
    A bonne entendeur c est autant à la mode que le minitel
  2. Vous pouvez grattez autant que vous voulez….je comprends mieux la raison pour laquelle seuls les insatisfaits et les anti communistes peuvent dialoguer sur ce site. Si à chaque fois qu’on positive on se fait traiter de collabo ou d’intéressé ça ne pousse pas à poursuivre le dialogue et le partage…votre site m’intéressait vraiment dans la mesure où il y a échange mais apparemment il faut aller juste dans un sens et si possible dans le votre je ne suis pas du genre à me faire manipuler ou menacer je suis juste satisfaite de notre Maire et de ses adjoints…j’ai trouvé à venissieux une entraide que je n’avais jamais connu ailleurs..au fait l’expression à bon entendeur…est toujours d’actualité et même à la mode.
  3. dah
    vous aimez pas trop venissieux infos ?
    Maintenant je voudrais bien connaitre votre rapport avec les communistes ou la mairie ?
    Quel est le truc à gratter? Naturellement cette mairie est impardonnable alors,une autre reaction c est du grattage ?
    Pour guillaume c est les subventions de la mairie pour la CGT mais toi ?
    L enquete continue
  4. Bonjour, je fais partie de ces pauvres qui vous servent de sujet. Veuve avec un ado la vie n’est pas facile tous les mois, mais tous les jours je relève les manches et je vais au charbon (je suis femme de menage). J’ai avant cela été chef d’entreprise dans le télémarketing, j’ai toujours travaillé, je ne sais pas ce qu’est un arrêt de travail. Je ne suis pas venissiane d’origine mais plutôt des beaux quartiers de Lyon…je vous lis et devine que ce sujet est très epineux…vous demandez aux élus d’aider la population demunie, pardon mais : tickets de cantine à 95 cts, possibilité d’envoyer ses enfants en vacances à moindre coût, maisons de l’enfance, EPJ, sport, médiathèque, cinéma…c’est quand même pas mal…il faudrait quoi de plus des appartements municipaux à 100 euros par mois (je suis preneuse)…un travail rémunéré à 2000 euros par mois (je suis preneuse)…arrêtez de nous utiliser comme arme de destruction contre la municipalité, ils font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont..les responsables de ce désastre humain sont plus haut..ils s’appellent Sarkozy et Hollande
  5. anti-troll (alias Théo)

    Je me permets d’apporter des nuances dans votre rêve libéral et les propos qui en découlent.

    Sur la question des salaires il y a aussi d’autres possibilités pour les augmenter car vous omettez une partie du partage de la valeur ajouté d’un produit: c’est la rémunération du capital. Si au lieu de verser des dividendes ou des salaires aux dirigeants d’entreprises qui n’ont plus aucun lien avec la décence et la réalité que vivent la majorité des citoyens, on peut augmenter les salaires des petits ouvriers sans augmenter les prix des produits. Ça s’appelle un meilleur partage des richesses crées. Et puis il faut relativiser votre analyse car même sans cette option le prix d’un produit n’est pas que composé du salaire des ouvriers. Donc une augmentation de 100€ pour un salarié n’implique pas mécaniquement une augmentation de 100€ du produit (et oui il ne produit pas qu’un objet par mois). En exemple: dans l’automobile aujourd’hui la part des salaires dans le prix d’un véhicule tourne autour de 10%, c’est à dire que même en doublant les salaires de tous les ouvriers vous ne doublerez pas le prix de la voiture mais vous ne l’augmenterez que de 10%. D’ailleurs il faut bien que les salaires suivent la croissance sinon qui va acheter les nouveaux biens produits? Je vous concède que cela créé de l’inflation mais dans des proportions normales pour une économie.

    Et sur votre modèle allemand qui sans salaire minimum serait un paradis pour limiter la pauvreté, je vous laisse juger avec les statistiques 2015 d’Eurostat qui évoque un taux de pauvreté de 13,3% en France contre 16,7% en Allemagne et 15,9% (estimation) en Grande Bretagne très libérale (contrat 0h, durée d’indemnité chômage ridicule etc..) Mais bon je vous rejoins quand même un peu sur les stats comme elles sont calculées sur le revenu médian, le bonheur des uns peut faire croire au malheur des autres.

  6. de Leo : vous prenez le problème par le mauvais bout.
    Déjà, la notion de « pauvreté » au sens statistique a plusieurs définitions, PAM a raison (et ça me troue de devoir l’admettre) de prendre cette donnée avec des pincettes. Il y a au moins une définition qui revient à classer les salaires sur les marches d’un escalier et à en considérer un certain pourcentage des moins élevés comme « pauvres ». Sauf qu’on pourrait tenir le même classement à Monaco et que leurs « pauvres » pourraient racheter la moitié de la France. Je grossis le trait, mais vous voyez ce que je veux dire.

    Vous proposez d’augmenter les salaires, mais c’est une fausse bonne idée car les prix vont mécaniquement augmenter (les salaires doivent bien être répercutés quelque part, quand le prix du lait augmente, ce n’est pas la vache qui paie). Ce qu’il faut augmenter à tout prix, c’est plutôt le pouvoir d’achat. Pour vous en convaincre, demandez-vous si vous préféreriez vivre dans un pays où vous gagnez 100 euros par mois mais où tout est à 1 centime ou dans un pays où vous gagnez 100 millions d’euros par mois mais où tout est à 10 millions. D’où, selon moi, pauvreté = pouvoir d’achat minimal.

    Donc, allez-vous me dire, comment on fait pour augmenter le pouvoir d’achat ? Il y a 2 options :
    – vous augmentez les salaires en gardant les prix constants
    – vous gardez les salaires constants en diminuant les prix
    Sachant que rien de tout ça ne doit être artificiel ou forcé par l’Etat. L’Histoire ne manque pas (Empire Romain, URSS, Cuba, Vénézuela…) de précédents qui ont essayé et ont eu des problèmes.

    Augmenter les salaires naturellement, c’est devenir plus compétent, plus capable, rendre plus de services avec le même effort. Ça se fait soit par la Nature (des personnes sont naturellement mieux dotées que d’autres pour ce qu’elles font, c’est comme ça), soit par une formation de qualité, adaptée aux demandes du marché. Les allemands l’ont compris, la plupart des asiatiques l’ont compris, pas nous.

    Diminuer les prix naturellement, c’est faire en sorte que produire coûte moins cher. Si on ne touche pas les salaires, il reste :
    – améliorer les techniques
    – améliorer les salariés : formations appropriées, apprentissage… Ce qui impose de supprimer toute forme de salaire minimum vu qu’un petit nouveau n’est pas aussi productif qu’un expert. Ça fonctionne très bien en Allemagne, qui a le plein emploi et une pauvreté bien inférieure à la nôtre.
    – diminuer le poids des autres dépenses improductives : charges sociales, taxes, réglementations et normes aberrantes…

    Résumé : libérez et libéralisez, vous ferez moins de pauvres. Et je ne suis pas seul à le dire. Démonstration chiffrée ici : https://www.contrepoints.org/2016/06/09/255995-fmi-se-trompe-liberalisme-a-chuter-pauvrete

  7. La pauvreté est un probleme de société. Notre système est basé sur l idée que certains réussissent et que d autres qui seraient moins bons ne reussissent pas. La pauvreté est elle créée par les villes où alors les villes doivent elles faire avec? Aujourd hui Vénissieux doit faire face à encore plus de précarité avec des consequences sur le besoin d aides d urgence en hausse constante. D ailleurs à tous ceux qui prônent moins de logement social, est ce que les pauvres qui ont un visage et une vie vivraient mieux avec des loyers non modérés? La ville à justement une politique envers les plus faibles. Le manque de travail avec des usines profitables qui ferment ou licencient est une des consequences et s il y a des travailleurs pauvres c est parce que le travail n est pas assez rémunéré.
  8. Bien ce papier! ! Cette municipalité est comme l etat…une monarchie menée par un regent !! Silence dans les rangs!! On leve le doigt (pour voter tout et n importe quoi,pas pour contester demcratiquement…ça ça n existe pas!!) Et on la ferme!! Finalement on empoche les emoluments plutot sympas pour les adjoints:2000euros…et on se la coule douce!! En ce moment la population se gele!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.