Repas de substitution : pour ou contre ?

Le fameux sujet des repas de substitution ou comme certains le préconisent en proposant un menu végétarien continue à faire du bruit, et va encore faire couler encore beaucoup d’encre puisque tout récemment le député Yves Jégo (UDI) a demandé au Premier ministre Manuel Valls d’intervenir en faveur du menu végétarien dans les cantines scolaires avec sous le coude, une pétition de plus de 150 000 signatures.

Déjà en novembre 2013 les parents d’élèves des Groupes Scolaires : Charréard – Centre – Gabriel Péri – Henri Wallon et Clos Verger ont envoyé un courrier à Mme Le Maire pour proposer des repas de substitution dans les cantines scolaire et partent du principe que :

un constat et propositions pour la défense de la laïcité au sein des cantines scolaires à Vénissieux…

Le constat fait par les parents d’élèves est que : 

la politique de Vénissieux en matière de cantine scolaire s’appuie sur un rythme de menus suivant : les lundis et jeudis, menus avec viande, les mardis et vendredis menus avec poisson.

Et pourtant les parents d’élèves pensent qu’il y a un effet pervers puisque :

compte tenu de la présence largement majoritaire, au sein du groupe scolaire, d’enfants dont les différentes convictions morales familiales ne permettent pas de consommer de la viande, une très forte concentration d’élèves ne prend ses repas à la cantine que les jours de poisson (soit les mardis et les vendredis), ce qui impose l’organisation de 2 services successifs. A l’inverse, les jours de viande, la même cantine subit une quasi désertion de ses effectifs.

La proposition des parents d’élèves est simple :

Chaque jour de la semaine, la cantine proposera une alternative à nos enfants : viande, poisson, ou toute portion de protéines équivalente. Quoiqu’il en soit, il apparaît qu’il n’est pas souhaitable que le personnel d’encadrement des cantines force un enfant à goûter des mets qui vont à l’encontre des choix religieux ou éthiques de leurs familles.

Les parents d’élèves sont conscients que cela peut générer des problèmes d’organisation mais précise que 

au regard de la défense de la laïcité, et du respect de la différence, cet effort devrait être fourni

→ Lettre des parents d eleves

Suite à cela, Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, leur a écrit en précisant que 

cette demande n’est pas recevable pour plusieurs raisons de fond… (voir la réponse sur le courrier envoyé par Mme Picard)

→ Réponse de Mme Le maire

Ce sujet revient souvent et à ce jour aucune solution n’a été trouvée. Des communes pratiquent le système de repas de subsitution, d’autres l’ont testé pour ensuite l’abandonner. Pour Vénissieux, le sujet n’est pas à l’ordre du jour et pour la majorité actuelle, il est hors de question de mettre des repas de substitution dans les cantines scolaires de la commune.

Même les Délégués Départementaux de l’Education Nationale (DDEN) ont été, on ne sait comment, alerté par cette campagne des parents d’élèves et ont répondu par un communiqué (voir ci-dessous)

Les DDEN S’INDIGNENT de la manipulation fallacieuse et éhontée des socles de nos valeurs républicaines. Personne n’est dupe de cette démarche qui vise à mettre en avant des intérêts individuels au détriment du collectif.

Et tiennent à préciser que

Les DDEN REAFFIRMENT leur attachement aux Valeurs de l’Ecole Républicaine et Laïque, aux principes édictés par la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat

→ COMMUNIQUE DDEN_novembre 2013

 Et pourtant il existe une solution qui pourrait mettre d’accord tout le monde :

La création d’un menu végétarien dans les cantines scolaires a été déjà été proposée fin mars dans une tribune publiée par le Monde, et signée par des intellectuels, dont le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard, ou l’ancienne députée européenne EE-LV Sandrine Bélier. «Le repas végétarien est celui qui convient au plus grand nombre – musulmans, juifs, chrétiens, athées ou autres», écrivaient les signataires, dénonçant la tentation «d’utiliser le porc ou la laïcité pour attiser la haine confessionnelle et diviser les Français». (Source Libération)

Les signataires en faveur des repas végétariens sont :

Sandrine Bélier (ancienne députée européenne EELV), Allain Bougrain-Dubourg (journaliste et réalisateur), Florence Burgat (philosophe), Aymeric Caron (journaliste et écrivain), Franz-Olivier Giesbert (journaliste et écrivain), Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (philosophe) et Matthieu Ricard (fondateur de l’organisation humanitaire Karuna-Shechen). (Lire l’article sur le site → Le Monde)

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.